Particularités du crédit immobilier pour les professions libérales

Nous avons déjà traité dans plusieurs articles de blog sur notre site Idéal Profession Libérale la thématique du local professionnel (acheter ou louer son local / changement d’usage / changement d’usage temporaire de bureaux en logement…).

 

Le local professionnel et plus largement l’immobilier est un sujet qui passionne l’équipe d’Idéal Profession Libérale.
Derrière chaque beau projet, il y a un aspect financier bien évidemment.

Nous allons traiter dans cet articles les particularités du crédit immobilier pour les professions libérales.

 

 

Crédit immobilier pour la profession libérale : un engagement

 

Vous le savez, lorsqu’un crédit immobilier est contracté entre deux parties à savoir la banque et vous-même, vous vous engagez à rembourser l’intégralité de la somme.
Oui mais voilà, en tant que professionnel exerçant en libéral, vous travaillez pour votre propre compte et êtes donc parfois plus vulnérable qu’un salarié.

 

Comment êtes-vous assurés en cas d’accident de la vie ?
Si votre activité met (malheureusement) la clé sous la porte, quelles seront vos sources de revenus ?
Est-ce que votre activité est stable concernant vos revenus ?
Quel est l’avenir de votre profession ?…
Voici quelques-unes des différentes interrogations que se pose une banque dans l’étude de votre dossier.
Et ce n’est pas tout, vous vous en doutez bien !
Pour ces raisons, la banque peut être réticente à vous accorder un crédit immobilier.

 

Profession libérale et salarié : les mêmes critères

 

Vous exercez en libéral donc.
Avant de prendre en compte cet aspect fondamental dans votre dossier de demande de crédit immobilier, la banque va exiger les documents classiques à savoir la justification de votre identité et votre situation familiale, les trois derniers relevés de compte etc…

 

À noter : montrer à la banque que vous n’avez pas de découvert bancaire est un gage de situation financière stable.

De plus, avoir un compte épargne ou une assurance vie sont autant de preuves de l’apport que vous avez pour l’emprunt d’une part, mais est également une preuve de votre sérieux car vous avez des revenus suffisants pour épargner.

 

L’apport minimum est habituellement de 10 % (cela peut-être plus bien-sûr) mais cela reste négociable auprès d’une banque à savoir que l’on peut emprunter sans apport.
C’est au cas par cas.
Difficile de faire des généralités ici.

 

Si vous avez actuellement des crédits, la banque vous demandera les offres et les tableaux d’amortissement associés.

 

 

Profession libérale: votre activité est analysée par la banque avant obtention de votre crédit immobilier

 

À l’instar d’un salarié, la banque va analyser vos revenus afin de s’assurer que vous serez capable de rembourser votre emprunt. Cependant, ce n’est pas aussi simple qu’un salarié en CDI qui généralement présente ses trois derniers bulletins de salaire.

 

En tant que profession libérale, vous devez prouver la stabilité de vos revenus.
L’objectif est de montrer que votre activité est saine, stable et si possible en croissance.

 

Ainsi, vous devez présenter au minimum vos trois derniers bilans annuels.
Attention, il s’agit ici d’une demande qui est souvent constatée dans la constitution d’un dossier.
Mais ici également, c’est au cas pas cas.
Des dossiers peuvent passer avec deux bilans annuels par exemple.

 

Vous devez être bénéficiaire sur la moyenne des 3 dernières années.
Votre dossier comprendra aussi les statuts de votre société et l’arrêt comptable de l’année en cours.
Pour cela, nous vous conseillons de vous rapprocher de votre courtier si vous en avez un.

 

 

Profession libérale : un avantage !

 

Alors vu comme cela, être une profession libérale semble être un désavantage.

Cependant, les banques sont intéressées par ces profils considérés comme sûrs avec de hauts revenus.
Les banques ont des services dédiés aux professionnels pour le crédit immobilier.
Donc tout n’est pas négatif, loin de là !

Il est tout à fait possible que la banque vous demande des garanties supplémentaires comme une demande de caution voire une hypothèque ou le nantissement d’une assurance-vie.

 

 

Profession libérale : une durée de prêt plus courte

 

Un crédit immobilier pour une profession libérale ne pourra pas avoir une durée de 25 ans.
La durée maximale sera de 20 ans; cependant cette durée reste une exception.

La durée maximale d’un prêt professionnel classique dans le cadre d’un investissement immobilier professionnel reste 15 ans dans la majorité des cas.

 

 

Le courtier : une solution efficace

 

Faire appel à un courtier vous permettra d’y voir plus clair si besoin.
En effet, son rôle sera de monter le dossier pour vous, vous fera gagner du temps et trouvera la meilleure solution

Vous avez encore des questions, besoin d’aide ?

Découvrez nos biens en vente

Accéder au simulateur de changement d’usage de la ville de Paris :